Sélectionner une page

L’impact du Covid-19 sur les crypto-monnaies :

Depuis la première apparition du virus en janvier, les marchés financiers se sont dégradés. La Bourse de Paris a chuté de 12% en seulement 6 jours. Depuis la dernière crise de 2008, la France n’a jamais connu cette situation. Bien évidemment la blockchain et les crypto-monnaies, connaissent eux aussi une baisse considérable après un début d’année encourageant. Selon les chiffres officiels, le bitcoin aurait chuté de 9 300€ à 7 600€ soit une baisse de 18% sur le mois de février. Même si la pandémie joue un rôle considérable, cela ne semble pas être la seule raison.

Une nouvelle cryptomonnaie :

Le CoronaCoin est la crypto-monnaie du moment. Cette nouvelle monnaie virtuelle a suscité la controverse en raison de son fonctionnement dont le prix varie en fonction du nombre de décès causés par le virus. À mesure que le nombre de victimes augmente, le nombre de jetons (tokens) en circulation diminue. Donc plus il y a de victimes, plus la crypto-monnaie aura de la valeur. Tout naturellement ce projet controversé à attirer la colère des internautes qui condamne un « projet contraire à l’éthique et malsain ». Cependant les fondateurs promettent de verser 20% des jetons à la Croix-Rouge mais aucun n’a don n’a été enregistré pour le moment.

Quel avenir ?

L’avenir de ces technologies semble pour le moment figé dans le temps. Avec l’interdiction des rassemblements de plus de 5000 personnes en lieu public, les annulations d’événements affluent. C’est notamment le cas de la Paris Blockchain Week Summit (plus grand évènement de rassemblement en France et en Europe autour du thème de la blockchain) qui devait se tenir à Station F le 30 mars et 1 avril prochain. Le marché du minage et les producteurs de machines sont véritablement impactés par le virus. Ainsi plusieurs centaines de fermes de minages et producteurs de machines ont dû ralentir leurs cadences de production. À l’heure actuelle, il est difficile d’évaluer le bilan total mais les conséquences économiques se ressentent déjà à l’échelle mondiale.