Sélectionner une page
Le News Provenance Project du New York Times

Le News Provenance Project du New York Times

Le New York Times veut utiliser la blockchain pour lutter contre la désinformation

Le célèbre quotidien américain a présenté l’été dernier, son projet Provenance. Il consiste à exploiter la technologie blockchain pour garantir la provenance des fichiers numériques dans les articles. Pour se faire le NYT fait apparaitre les informations contextuelles du média en intégrant de multiples informations (nom, emplacement, photographe…).

Le projet vise à collaborer avec les éditeurs de plateformes pour réduire la propagation de la désinformation. Permettant aux lecteurs de porter des jugements plus informés et plus confiants sur les nouvelles qu’ils voient sur Internet. Grâce au prototype, le New York Times enregistre toutes les modifications apportées à une photo dans une blockchain privée.  » La capacité de la blockchain à conserver l’historique complet d’une photo séparément du fichier image lui-même en a fait une technologie convaincante, affirme le chef du projet . »

Avec le support technique d’IBM, l’équipe R&D du New York Times est en train d’incuber le projet. Il utilise la plateforme blockchain d’IBM pour exécuter un contrat intelligent afin de garantir que les modifications peuvent être apportées sans intervention humaine.  » Pour notre prototype, nous sommes restés simples : toutes les interactions possibles entre les membres du réseau ont été incluses dans un seul contrat intelligent. »

Selon le New York Times, il existe encore de nombreuses inconnues quant au développement à grande échelle du système. En effet, pour rendre le déploiement possible, un ID doit être associé à une image sur la blockchain. Cette opération est compliquée à mettre en place car cela suppose qu’un réseau social doit pouvoir associer l’ID sur la photo sans savoir si cette dernière existe déjà sur la blockchain.  » Dans un scénario réel, des contrats intelligents seraient nécessaires pour valider toutes les modifications apportées au dossier d’une photo pour garantir sa crédibilité […]  » explique Reddy.

Enfin, le prototype est une expérience qui apporte de nombreuses connaissances sur les  » informations contextuelles « . Il s’avère que ces informations se sont montrées fiables dans les flux de médias sociaux. Néanmoins, le chemin à parcourir est encore long. Le News Provenance est une opportunité en or d’utiliser les nouvelles technologies comme la blockchain pour aider à lutter contre la désinformation dans les médias de presse.

Une arrivée plus rapide en 2020 ?

Une arrivée plus rapide en 2020 ?

La mise en œuvre de la blockchain pourrait être plus rapide en 2020

Une simple pause. C’est ainsi que l’on pourrait décrire le confinement. Une simple pause qui cependant provoque un bouleversement économique et technologique. C’est notamment l’aspect technologique qui va nous intéresser aujourd’hui. Estimé à 1.64 milliards de dollars en 2017, le marché de la blockchain atteindra 21.07 milliards d’ici 2025. En raison de la pandémie actuelle, l’adoption de la blockchain marquera une étape en 2020. Selon les estimations de Fortune Business Insights (cabinet reconnu), entre 2018 et 2025, le taux de croissance annuel moyen atteindra 38,4% quant à l’adoption de la blockchain par les entreprises.

Quels sont les moteurs de croissance ?

Comme mentionné précédemment, le budget de la blockchain continue d’augmenter d’année en année. Bien que le budget soit estimé à 21,07 milliards de dollars US en 2025 et compte tenu de la situation sanitaire actuelle, le budget estimé pourrait être compromis. Néanmoins elle présente aussi des avantages. Du fait de la mobilisation et du développement des entreprises, l’utilisation de la blockchain dans la lutte pour l’économie et la santé contribue à soutenir la reprise économique. Selon le forum économique mondial, c’est le scénario envisagé. « Le marché mondial de la blockchain est appelé à prendre de l’ampleur en raison de l’importance croissante accordée par les grandes entreprises aux investissements dans les centres de recherche pour développer et mettre en œuvre la technologie blockchain dans leurs activités ».

Dans quels secteurs d’activités ?

L’avenir de ces technologies semble pour le moment figé dans le temps. Avec l’interdiction des rassemblements de plus de 5000 personnes en lieu public, les annulations d’événements affluent. C’est notamment le cas de la Paris Blockchain Week Summit (plus grand évènement de rassemblement en France et en Europe autour du thème de la blockchain) qui devait se tenir à Station F le 30 mars et 1 avril prochain.  Le marché du minage et les producteurs de machines sont véritablement impactés par le virus. Ainsi plusieurs centaines de fermes de minages et producteurs de machines ont dû ralentir leurs cadences de production. À l’heure actuelle, il est difficile d’évaluer le bilan total mais les conséquences économiques se ressentent déjà à l’échelle mondiale.

Comment échanger de la valeur sur la blockchain ?

Comment échanger de la valeur sur la blockchain ?

Comment une technologie de stockage peut permettre d’échanger de la valeur ou de la monnaie ?

Pour le comprendre imaginer que vous créez votre propre cryptomonnaie le « blockoin » et dans la première page (rappelez-vous on peut assimiler une blockchain publique à un grand livre blanc) du « blockoin » vous expliquez les bases. Dans cette première page il y a les règles d’utilisation c’est ce qu’on appelle un « white papper ». Maintenant on imagine que l’on écrit les règles. On dit qu’il y a par exemple « 100 000 blockoins », qu’il y a 2 personnes, Maxime et Lisa dans le livre (la blockchain) et qu’ils ont 50/50 de blockoins au début. Disons que c’est la règle et que c’est écrit dans la première page.

À partir de ce moment-là, la blockchain commence. Prenons une nouvelle page dans laquelle on va écrire un maximum d’informations sur ce qui se passe entre Maxime et Lisa pendant 6 heures. Ce que je veux dire par là c’est que si quelqu’un rejoint Maxime et Lisa au bout de 6 heures, il ne va pas comprendre ce qui s’est passé avant son arrivée. Cependant en reprenant la blockchain depuis la toute première page et en relisant tout ce qui s’est passé pendant les 6 heures avant sa venue. Si à la page 4, Maxime a décidé de donner toute sa part de « blockoin », il est évident que Lisa ait « 100 000 blockoins ». C’est comme ça que cela fonctionne.

Lorsque qu’on regarde la dernière page, celle qui est à jour. Ça raconte la vraie histoire et on sait qui à quoi. Voilà comment une technologie de stockage permet de s’échanger de la valeur. Mais ce n’est pas un livre, ni des pages qui sont liées entre elles, ce sont des blocs ! Comme ils sont liés les uns aux autres ont dit : « block-chain ». 

L’histoire de la blockchain et du bitcoin :

L’histoire de la blockchain et du bitcoin :

L’histoire de la blockchain et du bitcoin :

Il faut savoir que le bitcoin fût la toute première cryptomonnaie émise sur la blockchain. Depuis d’autres cryptomonnaies ont vu le jour comme ethereum par exemple.

L’histoire du bitcoin et de la blockchain commence dès la crise économique de 2008. En effet la crise des subprimes est une crise financière qui toucha les États-Unis à partir de juillet 2007 et qui se diffusa dans le monde entier. Le monde étant en crise, un inconnu à prit connaissance de la gravité en cours. Cet individu ou groupe d’individus connus sous le pseudo de Satoshi Nakamoto a eu une idée pour éviter que les banques et l’état puissent nous empêcher d’accéder à notre argent (comme la crise en Grèce) .

Il décide alors de créer un grand livre blanc virtuel public qui repose sur le fonctionnement de milliers d’ordinateurs dans le monde. Ainsi il crée donc une nouvelle technologie puisque ces ordinateurs étant liés virtuellement, ils s’échangent continuellement des informations de part et d’autre. Autrement dit on donne le contrôle et le pouvoir à une technologie de stockage fonctionnant sans organe central de contrôle. Pas comme les Etats, Banques, Entreprises qui détiennent tout à l’heure actuelle.

Satoshi Nakamoto décide par la suite de créer une monnaie associée à cette blockchain : le bitcoin. Au début le bitcoin n’est qu’une idée. Mais le 22 mai 2010 fut la première transaction du bitcoin.